• Vous avez envie de lancer votre commerce en ligne ? Lancez-vous ! Toutefois, pensez en amont à bien analyser le marché, à considérer la concurrence et d’autres critères de ce genre afin de ne pas tomber dans des pièges. Cela vous donnera ainsi la possibilité de faire grimper vos ventes.

    La première chose à faire, c’est de vous demander quel type de produit vous avez envie de proposer. Une fois que c’est fait, pensez au prix ainsi qu’au public que vous allez cibler. Puis, il y a les modes de paiement… Proposez-en plusieurs, car les clients apprécient d’avoir le choix en ce qui concerne les moyens de facturation.  

    Bien entendu, pas d’e-commerce sans un site Web performant, et pour ce faire, si vous n’avez pas de compétences dans ce domaine, vous pouvez faire appel à des services spécialisés en ligne. Par exemple, le logiciel Software-as-a-Service pourrait vous être utile afin de gérer les multiples paramètres de la plateforme, comme le nom de domaine.

    Dans la foulée, pensez à mettre en avant des fiches produits claires et précises. Idem pour les conditions générales qui mettront en avant les clauses concernant la livraison, par exemple. 

    Important : n’ayez pas peur des critiques ou des avis négatifs. Au contraire, lorsqu’il y en a, faites tout pour vous améliorer. Cela ne pourra que vous attirer des commentaires positifs par la suite et du même coup, les visiteurs qui les liront seront encouragés à vous faire confiance.

    Un élément à ne pas négliger lorsque vous lancez un commerce en ligne, c’est le référencement. Vous pouvez utiliser cette méthode pour vous faire connaître des internautes. Il y a également les réseaux sociaux qui peuvent être de bons alliés pour faciliter le contact avec les clients.

    Commerce en ligne : c’est possible de faire grimper vos ventes !

       

    Un e-commerce bien administré boostera votre taux de conversion


    votre commentaire
  • Si vous avez envie d’avoir un grand nombre de visiteurs sur votre site d’e-commerce et souhaitez le voir se transformer en acheteur, vous devez mettre en place une stratégie marketing qui vous demandera d’avancer par étapes ! Si vous parvenez à toutes les compléter, il vous sera alors possible d’avoir une clientèle fidèle et qui vous recommandera même à d’autres e-consommateurs.

    Pour commencer, assurez-vous de proposer un site Web où les visiteurs se sentent bien ! Il leur faut également découvrir une vitrine qui leur donne envie de se lancer dans des achats. Votre interface doit proposer des produits dotés de fiches claires et précises, pour que les clients n’aient pas à s’interroger. Ensuite, pensez à mettre en place un bon moyen de référencer votre commerce en ligne. Cela vous permettra de vous rendre visible et d’être classé sur les premières pages des moteurs de recherche. Ceci est un gros avantage, car c’est un moyen immanquable d’attirer les visiteurs.

    Une fois ces premiers conseils appliqués, il faut communiquer avec votre clientèle. Proposez-lui des promos ou remises en passant par la newsletter. Vous pouvez aussi la tenir au courant de vos nouveautés et bons plans par ce biais. Cela vous aidera à fidéliser vos acheteurs. Toutefois, il faut garder un équilibre dans le nombre d’envois, car si c’est exagéré, vous risquez de les spammer !

    Il est incontestable que, pour qu’un e-commerce fonctionne correctement, un service client efficace est indispensable. Pour ce faire, utilisez les méthodes traditionnelles de communication comme l’e-mail ou le téléphone, avec la nouvelle technologie comme le Click to Call ou encore le Live Chat.

    Grâce à ces diverses étapes mentionnées (qui est aussi appelé le funnel, soit entonnoir de conversion), vous serez en mesure de proposer une expérience d’achat optimale à votre clientèle dès la première visite.  

    e-commerce : comment attirer et fidéliser les clients ?

    Il est possible d’optimiser le parcours client grâce à la méthode « funnel »


    votre commentaire
  • Acheter en ligne est une expérience grisante et nombreux sont les e-consommateurs qui s’adonnent à cette activité. Toutefois, ils ne sont pas tous satisfaits des méthodes de facturation qu’ils utilisent pour faire ces acquisitions. En effet, certains optent pour la carte bancaire, pensant que ce serait rapide. Certes, cette méthode est efficace, mais en ce qui a trait à la sécurité, elle laisse quelque peu à désirer. C’est pourquoi, j’ai moi-même décidé de m’en passer.

    Désormais, lorsque je dois faire des emplettes sur le Net, j’opte pour le micropaiement. Grâce à cette solution de facturation, je n’ai plus de souci à me faire concernant mes données personnelles, car elles ne sont pas exigées durant la procédure d’acquisition. Ce moyen de déboursement n’exige pas non plus mon identification bancaire et de ce côté-là, je suis sereine.

    Je ne sais pas pour vous, mais je suis accro aux jeux en ligne, Java ou mobile. De ce fait, je m’en procure dès que j’en vois de nouveaux sur la Toile. Je dois dire que c’est un passe-temps qui me captive et sans la microtransaction, je ne pense pas que j’aurais pu m’y adonner avec autant d’aisance. Je me serais certainement posé de nombreuses questions sur le déboursement relatif aux montants dépensés ou encore aux délais pour les e-paiements.

    Eh bien, je suis ravie, car je sais que je peux à tout moment me rendre sur le compte que j’ai créé chez un opérateur téléphonique et vérifier mes acquisitions.  Le plus sympa, c’est de pouvoir suivre mes dépenses, les prélèvements (oui, cela se fait automatiquement), et j’ai ainsi la possibilité d’y détecter des anomalies. Perso, cette méthode répond à mes attentes et je pense qu’elle est adéquate pour tous ceux souhaitant un parcours client personnalisé. :)

    E-consommateurs : le micropaiement simplifiera vos e-achats

    Faites des micropaiements pour simplifier vos e-achats

     


    votre commentaire
  • Il est incontestable que depuis ces dernières années, l’e-commerce a pris son envol. En effet, l’e-achat a fait des étincelles et certains experts dans ce secteur y ont vu un mauvais présage pour le magasin physique.

    Cependant, malgré ce constat, on note que les acheteurs mettent toujours l’accent sur l’expérience produit et c’est ce que leur proposent les magasins, ce qui leur assure encore une place dans le monde de la vente.

    C’est ce qui ressort d’une étude menée par le cabinet Mood Media sur les habitudes des consommateurs. L’issue de cette analyse était de savoir si les boutiques en ligne surpassaient les boutiques physiques. Eh bien, la réponse est non, c’est même tout le contraire. La méthode traditionnelle pour faire des achats est favorisée par les clients et voici pourquoi :

    ·         Lorsqu’ils vont dans les boutiques physiques, les consommateurs sont en mesure d’examiner le produit qui leur fait envie ;

    ·         Ils peuvent aussi se le procurer immédiatement ;

    ·         De plus, en parcourant les points de vente, c’est possible de mettre la main sur des nouveautés ;

    ·         Pour attirer les clients, les magasins se réinventent et cela fait mouche ! Par exemple, il y a le click&collect ou encore le ship-from-store ;

    ·         Il y a également le fait de pouvoir se renseigner sur le Net avant de concrétiser un achat en magasin. Pour ce faire, le client peut se tourner vers les réseaux sociaux via son mobile 

    C’est ainsi que l’on peut dire que le magasin physique ne tire pas encore sa révérence face à l’e-commerce, loin de là !


     

    e-achat v/s achat en magasin : qui a la préférence des consommateurs ?

    e-commerce ou magasin physique : faites votre choix !

     


    votre commentaire
  • À ce jour, on note que les réseaux sociaux sont très fréquentés, notamment par les e-commerçants. En effet, ils sont pas moins de 83 % à se rendre sur ces plateformes d’échange afin d’y parler de leurs services. Ainsi, une analyse faite par Oxatis/KPMG indique que cette tendance peut impacter les chiffre d’affaires de ces e-marchands. Sur Facebook par exemple, on note que le trafic est dense et des 79 % de cybercommerçants qui s’y rendent, 30 % affirment rencontrer des retours positifs. Malheureusement, Google+ et Twitter ne sont pas autant prisés, mais ils ont tout de même quelques fidèles. En revanche, YouTube et Instagram grimpent dans les suffrages, car ils permettent la diffusion de vidéos et d’images. 

    Les réseaux peuvent influencer le chiffre d’affaires d’un e-commerce

    L'e-commerce et l'influence des reseaux sociaux

     


    votre commentaire
  • Les Européens font des dépenses en ligne pour acquérir divers produits. Cependant, on note que la préférence d’achat se porte plutôt sur les équipements de sport et l’habillement. Si l’on considère le taux enregistré en France, on n’est pas surpris de voir qu’il est de 57 %. Idem pour l’Allemagne et le Royaume-Uni qui eux affichent 64 et 55 % respectivement.

    Bien entendu, tous les pays ne sont pas pareils et certains ont des tendances plus prononcées sur des articles spécifiques. Par exemple, l’Allemagne place le besoin d’achat des journaux et magazines numériques en 3e position, alors que les Français le classent à la 5e place. En revanche, on voit que ce n’est pas une priorité pour les Anglais, car au Royaume-Uni, ce type d’article est à la 7e place.

    Si l’on continue cette analyse et que l’on prend, en l’occurrence, les voyages à réserver en ligne, on voit que c’est très prisé et qu’en France, on classe cette transaction à la 2e position. Les Anglais, eux, la classe à la 3e. On ne peut pas parler du Royaume-Uni sans mentionner l’exploit des achats par mobile enregistré dans ce pays en 2016. En effet, le taux était de 86 % et l’on doit s’attendre à ce que cela atteigne les 90 % en cette année 2017.

    En parlant de ça, l’Espagne s’est aussi démarquée avec un pourcentage de 50 % d’acquisitions faites en ligne. La France est un peu à la traîne avec 27 %, mais elle se rattrape lorsqu’il est question du parcours d’achat complété. Eh oui, on voit que les Français n’aiment pas faire les choses à moitié et ils (96 %) finissent toujours par commander.

    Dépenses en ligne : quelles sont les préférences d’achat des Européens ?

    Europe : bilan du taux de dépense en ligne

      


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires